Page:Encyclopédie méthodique - Atlas, T01.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
15
DES CARTES

On trouvera dans la table des longitudes & latitudes des principaux lieux de l’Italie, les autres points de la Sicile fur lesquels on s’eft appuyé ; mais on ne peut quittter Meffine, fans tirer quelques conféquences de fa détermination.

La diftrince de Meffine au cap de Leuca eft de 167^, 3, d’après neuf bonnes cartes, dont on a vérifié ou reûifîé les échelles. Les latitudes de Meffine & du cap de Leuca étant connues, on trouvera leur différence en longitude de 2. 39’, 3, laqutlle étant ajoutée à la longitude de Meffine, donne celle du cap de Leuca de 16. 08’, 1, comme ci-deffus.

On a encore arrêté la pofition de Paula, en s’appuyant fur xMeffine & fur Poiicaftro : on a auffi pofé Stramboli, relativement à divers points de la côte de Sicile ; ce volcan eft à très —peu près au nord du cap Mélazzo, c’eft la place qu’il occupe fur les meilleures cartes ; on voit Stromboli de tant d’endroits, que fa pofition exacte n’a rien de furprenant.

La diftance du Stromboli au cap Vaticano, a donné la pofition de ce cap en longitude ; les points de Policaftro, de Paula, du cap Vaticano & de Meffine, ont fervi à affujettir la côte occidentale de la Calabre, & conféquemment la côte orientale, par des diftances multipliées entre des points de l’une & de l’autre côte, diftances qui aboutiffent la plupart à des caps dont la latitude eft connue.

La longitude de Malte, a paru exactement indiquée dans la conneiffance des temps ; cette longitude y eft moindre de 3 ou 4’de degré, que félon les obfervations du P. Feuillée, ce changement eft dû à des obfervations postérieures ; la Valette, capitale de l’Ifle de Malte, étant ainfi pofée, eft enchaînée par plufieurs relèvemens avec la côte de Sicile.

On ne s’accorde pas de même avec la différence en longitude de 5.° 1 8’, 2, eftimée par le P. Feuillée, entre le golfe de Palme, au Garbino de la Sardaigne, & Malte ; on y trouve ici 36’de plus ; car, quand on auroit égard à l’applatiflement de la terre, dans cette différence, elle fe réduiroit à 5.° 1 6 ou 1 7’, & on l’a trouvée ici de 5. 52 à 5 3’. Il fuffit, pour produire ces 3 G’de plus, que cet habile aftronome ait eftimé l’angle de fa route d’Oftro vers Levante trop petit de 2. 30’, & cela étoit très-poffible.

Des écarts de cette efpèce font affez communs. M. le chevalier de Fleurieu, voyage de l’Ifis, dit qu’une erreur de deux degrés, dans un relèvement 1i la bouffole, eft la précifion fur laquelle on peut compter ; cet écart, fondé fiir l’expérience, eft donc ordinaire ; mais M. Wales, troifième voyage de Cook, étend cette erreur plus loin en certains


cas ; félon lui, les écarts moyens des bouflbles, font de 5 ou 6.°, & il apporte des exemples ou ces erreurs vont à 3, 4, 5, 6, 7, 6c même jufqu’à 10 degrés.

D’ailleurs le P. Feuillée, faifant route vers le Syroco ~ di Levante, avoit à gauche le Stromboli, Volcano, l’Etna, ôcc. Ces volcans ont de l’affinité avec l’aiguille de la bouffole ; fa partie aimantée a dû être pouffée du nord vers l’eft, par l’affluence du courant magnétique, vers ces terres pyriteufes ou volcaniques, & ce mouvement a dû occalîcnner, du moins en partie, la différence de deux degrés & demi, qui fe trouve dans l’angle de la route de ce fçavant Minime.

Sur cette direction l’action a dû être la plus grande, vers 9. de longitude, depuis 3 8.° & quelques minutes jufqu’à 37. & environ un quart de latitude, parce qu’alors la force perturbatrice agiffoit perpendiculairement fur la direction de l’aiguille ; tandis qu’en prolongeant ce même rumb au delà de Malte jufqifà 35. de hauteur, & entre 13 & 14 degrés de longitude, cette force n’auroit point eu d’effet fur la variation, attendu que cette puiffance auroit agi fuivant la longueur de l’aiguille ou autrement, fon aûion auroit été parallèle à celle du courant magnétique.

Pline fait la diftance de Malte à Camarina, de 84 milles pas, qui valent 672 ftades, lefquels doivent être ou nautiques, ou d’Arthémidore : dans le premier cas ils égaleroient 60 { milles géographiques,’& dans le fécond ils en vaudroient feulement 5 3 ~. Portant la première diftance de la vieille citée, nommée Rabatto, jufqu’en Sicile, elle paffera au-delà de Camarina de plus de 2 milles, & voudrait que cette ville fût plus à l’eft ; portant la féconde depuis Malte, elle mefure exactement fur notre carte,’la plus courte diftance entre Rabatto & la côte de Sicile ; afin qu’elle atteignît l’extrémité indiquée par Pline, il faudrait augmenter cette diftance d’environ 3 milles, ou que Camarina fût plus à l’oueft, alors cette diftance de <j} M, f entrerait en Sicile, & ne fe terminerait plus au rivage le plus proche de cette Ifle.

Les cartes, N os. 52 & 53, dont ont vient de donner l’analyfe font, pour le N°. 5 2, la réduction de la carte de l’.fle & Royaume de Sicile, de M. le comte de Schmettau, le ée en 1719, 1720 & 1721, par ordre de l’empereur Charles VI. On a été obligé d’y faire mouvoir fur Meffine, pour centre, les parallèles circulaires de Ponente vers Ma&ftro de 4 à 5. ; c’eft-à-dire, jufqu’à ce que la ville de Païenne feit defeendue à fa hauteur cbfervée ; les méridiens ont fait un mouvement angulairç analogue— de OJùv vers Garbino ; enfuite on 3