Page:Encyclopédie méthodique - Beaux-Arts, T01.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(xcv)

N. B. Il revient en outre aux deux classes de souscripteurs un volume de planches ; mais comme ce volume est relatif à des dictionnaires de sciences, comme les Mathématiques, la Phyque, la Chirurgie, la Médecine, &c., &c., qui n’ont pas encore paru, ou du moins dont il n’a paru que quelques volumes, on sent qu’il ne peut être publié qu’à l’instant même où l’on aura un assez grand nombre de planches relatives à ces matières, pour en composer un volume.

__________________

Vingt-sixième livraison.

Cette livraison est composée

Du tome troisième, première partie, de la Géographie ([1]), par M. Robert, Géographe du Roi ;

Du tome deuxième, deuxième partie, de la Botanique ([2]), par M. le Chevalier de la Mark, de l’Académie des Sciences.

Du tome deuxième, deuxième partie, d’Histoire ([3]), par M. Gaillard, de l’Académie Françoise ;

Et du tome troisième, deuxième & dernière partie, de la Grammaire & Littérature ([4]), par MM. Marmontel, Beauzée, de la même Académie.

Le prix de ces deux volumes de discours, ou de ces quatre parties, est de 24 livres broché, & de 22 liv. en feuilles.

Le port de chaque livraison est au compte des souscripteurs.


D’après les deux volumes maintenant publiés de la partie Botanique, le public peut juger quelle est l’étendue & l’intérêt du travail entrepris par M. le chevalier de la Mark. Il verra sans doute qu’il n’existe sur la Botanique aucun ouvrage qui puisse suppléer celui-ci. Il étoit devenu d’autant plus nécessaire, que, depuis environ un siècle, personne n’avoir osé entreprendre de donner une histoire générale des plantes connues, avec des descriptions de toutes les espèces mentionnées dans cette histoire. Chaque jour rendoit encore cette entreprise plus difficile, le nombre des espèces nouvellement connues augmentant de plus en plus par les découvertes considérables des botanistes modernes qui ont voyagé dans les diverses parties du monde.

Presque tous les genres mentionnés dans cet ouvrage sont augmentés de quantité d’espèces nouvelles, dont per-


sonne auparavant n’avoit parlé ; espèces dont l’existence est bien certifiée, & qui sont ou vivantes, soit au jardin du Roi, soit dans les jardins des amateurs, ou sèches, suit dans les herbiers de cette capitale, dont on a bien voulu donner communication à l’auteur.

Ainsi, outre les nouveaux genres que contient ce demi-volume, tel que le Fernelia, le Foetidia, le Galedupa, le Germanea, le Sapium, &c. ; on pourra juger des nouvelles espèces ajoutées aux genres déjà connus, si l’on prend la peine de consulter les mots Gnaphale, Euphorbe, Ficoïde, Figuier, Frêne, Fusain, Gatilier, Germandrée, Giroslée, Globulaire, &c. &c. Le mot Froment offre, sur les variétés de froment cultivées dans diverses contrées de l’Europe, un ensemble & des détails très-intéressans. Enfin on trouve, dans ce demi-volume, plusieurs articles, soit sur la Philosophie-botanique, soit sur la Phisiologie des plantes, tels que les articles Genres, Famille, Fécondation, Feuille, Fleur, Floraison, Fructification, Fruit, &c.


Dans l’avis de la vingt-deuxième livraison qui a paru le 14 mai 1787, nous avons indiqué, avec la plus grande vérité, les causes, qui nous ont trompés sur le nombre de volumes de discours & de planches que doit avoir cette Encyclopédie, si l’on veut qu’eue atteigne la perfection dont elle est susceptible, & qu’elle devienne un ouvrage véritablement utile. En parlant du dictionnaire de Grammaire & de Littérature, dont la dernière partie est comprise dans cette vingt-sixième livraison, « qui pour-

  1. (1) Imprimé chez M. Couret.
  2. (2) Gueffier
  3. (3) Balard.
  4. (4) Demonville.