Page:Encyclopédie méthodique - Chimie, Planches, T02.djvu/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



DICTIONNAIRE DE CHIMIE.


EXPLICATION DES PLANCHES.


PREMIERE CLASSE


INSTRUMENS ET FOURNEAUX.


{{Centré|PLANCHE PREMIERE.}

Figure 1 re • MOINE pour former l’intérieur des coupelles qui doivent servir à faire des essalS •

~Il petit.

Fig. 1. None pour former l’extérieur de ces mêmes coupelles : coupe venicale. Fig. ~. Lame de cuivre, vue de champ. Lorsqu’on a moulé la coupelle, on introduit cerre lame dans sa cavité, et 011 la faÏr tourner verticalement sur elle-même ; par ce moyen 011 aplanie les bords de la conpelle, et 011 enlève tOUr ce qui excède la haureur de la 11011e (Fig. 1). Fig. 4. Coupe/lt.

Fig. S. Coupe verticale de la coup elle, Fig. 6. Alambic de ve"’ aune seule piècl . Fig. 7. Alambic de CUiVfl ! à colonne. A. Tuyau qui communique avec l’intérieur, par lequel se dégagent les produirs de la distillation. B. Tuyau du réfrigérant. Lorsqu’on veut distiller, on ferme ce tuyau avec un bouchon, et 0 !1 remplie le réfrigérant d’eau. Quand celle-ci) par les progrts de l’opération, est de venue trop chaude) on débouche le cuyau ; quand l’eau esr écoulée) on le rebouche) er ensuite on met de n o uvelle eau .dans le réfrigéranr.

Fig. 8. Fourn~QJJ.

.sim !!le. L’inrérieur eSt ·divi. !é en deux parties inégales pat une grille placée en HI. La pame supéCleure AH 1 B est le foyer ; elle porte une ouvenure en F, par laquelle on introduit le combustible, et quatre échancrures MM MM sur le bord. C’est par ces échancrures que se dégagent les produits de la combustion, lorsqu’on a placé un ~ chaudière ou un bain de sable sur le fourneau. La partie infc :rieure He D [ est le cendrier. C’est par l’ouve[[~re C que l’air, qui doit servir à brllier le combustible du foy e r) s’introduit. Tant que le fourneau est allumé, l’ouverture F doit être fermée avec une : porre en cerre . Fig. 8 his. Fourneau du paresseux ou athanor. (Il est indiqué, fig. ; 9.J à r arciele ATHA.-NOR, ainsi qu’à rartic/t. FOURNE.4.UX, tom. IV, pag. 4 0 4.) Fig. 9. Fourneau de riverbtre. Il est composé de trois piè : cC’s séparées. L’inférieure M HI N est composée d’un foyer M K LN, ayant une ouverture qui se fe rme av ec un t pa ne X , et d’un cendrier KHI L ayant deux ouvertures G G. La pièce moy enne 0 P po rte le nOI11 de laboratoire.J parce que c’est dedans que l’on place le vai sse au que l’on veU[ chautfç r. P o ur supporter ce dernier, on se sert de petites barres de fer, qui r epose nt dans des échancrures pratiquées au bord intérieur de la prem ière pi~ce. La pièce stJp e ri eu re S S R R est appe lée dôme j elle il une ouvenure d emi circula ire en 0, qui corres pond à une aurre semblJ.ble, prati~uée au laboratoire. C’est par cene ouverture que sort le col de la cornue A, qui commumque avec un récipient B. Presque toujours on adapte au dô :ne un tuyau V VTT de terre ou de fer, plus ou moins al o ngé, qui est destiné à augm emer l’aspir.ltion du fourneau. y est 1. porte du cendrier.

A,