Page:Eugène Le Roy - Jacquou le Croquant.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


vaise baraque de maison affermée deux écus par an, tandis que lui, tout le long de la semaine, couchait dans une grange, là où il était occupé. Il ne venait pour l’ordinaire aux Maurezies que le samedi soir et s’en retournait au travail le lundi matin. Comme bien on pense, avec les douze sous par jour que gagnaient les ouvriers de terre en ce temps-là, il avait peine à entretenir le pain à ses droles, car le seigle était cher alors, et la baillarge et le méteil. De blé froment il n’en fallait pas parler, on n’en mangeait que dans les bonnes maisons. Pour le reste, les droles de Jansou étaient à la charité, habillés de morceaux de vieilles hardes toutes rapetassées, de mauvaises culottes en guenilles percées à montrer la peau, et tenues sur l’épaule par un bout de corde. Avec ça, les pieds nus toute l’année, et couchant dans un coin de la cahute sur une mauvaise paillasse bourrée de fougères.

C’est à ce Jansou que, d’après l’ordre du comte, le maître valet, qui remplaçait Laborie pour le moment, s’adressa. Le pauvre diable fit bien tout d’abord quelques difficultés, disant qu’il ne savait du tout où était Martissou ; mais, lorsque l’autre l’eut menacé de ne plus lui donner de travail et lui eut parlé de deux louis d’or, qu’il pouvait gagner facilement en le faisant guetter par son drole l’aîné, il dit qu’il le ferait.

Ce drole, qui avait ses neuf ans, ainsi que je