Page:Fabre - Chroniques, 1877.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’HIVER.


Québec, 19 février 1866.


La chronique n’a point encore ici, dans les journaux, sa place réservée, où les lecteurs s’attendent toujours à la trouver, beau temps, mauvais temps, nouvelles, point de nouvelles. Si, parfois, elle se glisse entre les articles politiques et les Faits Divers, elle n’y reste pas longtemps, s’excuse de sa frivolité comme d’un crime et disparaît. Cependant, on en trouve des fragments dans les Faits Divers et jusque dans les annonces. Tout ce qui n’est pas accident, incendie de maison ou mort d’homme, appartient à la chronique. Le marchand, l’industriel qui, dans son annonce, ne se borne pas à dire qu’il vend tels et tels articles au plus bas prix, naturellement ; mais qui, emporté par le désir de plaire, ajoute que ces articles sont d’un tissu merveilleux, comme on n’en a point vu dans nos murs, celui-là aussi fait de la chronique.

Commencer une série de chroniques par le temps qu’il fait et lorsque le carême vient de s’ouvrir, la chose peut paraître