Page:Fabre d’Églantine - Œuvres mêlées et posthumes, t. 2, 1802.djvu/186

La bibliothèque libre.
Cette page a été validée par deux contributeurs.
(182)




L’HOSPITALITÉ,
ROMANCE.
Mastricht, année 1780.




Il pleut, il pleut, bergère,
Presse tes blancs moutons ;
Allons sous ma chaumière,
Bergère, vite, allons :
J’entends sur le feuillage,
L’eau qui tombe à grand bruit ;
Voici, voici l’orage ;
Voilà l’éclair qui luit.

Entends-tu le tonnerre ?
Il roule en approchant ;
Prends un abri, bergère,
À ma droite, en marchant :
Je vois notre cabane…
Et, tiens, voici venir
Ma mère et ma sœur Anne,
Qui vont l’étable ouvrir.