Page:Faguet - Le Libéralisme.djvu/277

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Article XXXIH : La résistance à l’oppression est la conséquence des autres droits de l’homme. » Donc il est un droit de l’homme pour les Conventionnels comme il l’était pour les Constituants (article II de la Déclaration de 1789}. — « Article XXXIV : Il y a oppression contre le corps social lorsqu’un seul de ses membres est opprimé ; il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé. — Article XXXV : Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection... » — Il est bien évident que les trois articles font corps, doivent être considérés d’ensemble et expliqués et éclairés les uns par les autres. Il est bien évident aussi que, placés tout à la fin de la déclaration, ils sont donnés comme indiquant et exprimant la sanction de tous les droits de l’homme énumérés jusque-là. Cela ne fait pas de doute. Donc ces trois articles, complément de l’article XXIII, signifient que les droits de l’homme sont mis sous la protection de la souveraineté nationale, qui doit les garantir, les protéger et les défendre ; que quand les droits de l’homme sont violés par le gouvernement ou par le législateur, il y a oppression contre le corps social, ces droits ne fussent-ils violés que dans la personne d’un seul homme ; que, quand il y a oppression, la résistance à l’oppression est un droit de l’homme, et que cette résistance à l’oppression doit s’exercer par l’insurrection qui est un droit et un devoir. Les articles XXIII, XXXV,