Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 1.djvu/335

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas effrayée de cette puissance, devant laquelle Yama, Soma, les Maharshis, les Siddhas, les Viçvas et les Bâlikhiliyas tremblent tous ? 2933.

» Cependant après les paroles, que tu m’as dites, comment n’irais-je pas, roi des Immortels, sous les yeux du rishi ? Mais songe à ma garde, afin que je m’avance au moins protégée dans cette mission pour toi. 2934.

» Eh bien ! que Maroute, dans le moment où, je vais me jouer devant l’anachorète, ouvre mes vêtements, sire, et que l’amour soit mon aide, grâce à toi, dans cette affaire.

» Qu’une brise parfumée, s’échappant du bois, souffle dans l’instant même, où je tenterai l’anachorète. » — « Oui ! » répondit le Dieu ; et, la chose arrangée de cette manière, la nymphe de s’en aller droit à l’hermitage du fils de Kouçika. 2935-2936.

» À peine eut-elle parlé, ajouta Kanva, que le roi du ciel avait donné ses ordres au vent ; et Ménakâ était partie au même instant avec ce compagnon. 2937.

» Ensuite, la craintive nymphe à la taille séduisante vit le saint, de qui la pénitence avait consumé les souillures, Viçvamitra, occupé à se macérer dans son hermitage.

» Elle s’incline devant lui, elle se met à jouer en présence de l’anachorète ; mais le vent tout à coup de lui enlever sa robe, semblable aux rayons de la lune. 2938-2939.

» Elle s’élance rapide sur la terre comme par l’envie de reprendre son vêtement, et la noble dame semble avec sa pudeur se moquer du vent. 2940.

» Mais rien n’échappait aux regards du saint, de qui la splendeur égalait celle du feu. Ensuite Viçvamitra, le plus chaste des anachorètes, vit la jolie nymphe très-embarrassée, désirant sa robe et forcée de courir après. Il vit