Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 1.djvu/571

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


héros : pourquoi se targuer d’une ancienne amitié, quand les conditions ne sont plus les mêmes ? 5142.

» Il y a mariage et amitié entre gens, qui ont égalité de fortune ou égalité de science ; mais non entre l’homme bien nourri et celui, que la faim tourmente. 5143.

» Celui, qui n’est pas instruit, peut-il être ami de l’homme instruit ? Celui qui n’a pas de char n’est point l’ami de celui, qui possède un char ; celui, qui n’est pas roi, n’est pas l’ami d’un souverain : pourquoi se targuer d’une ancienne amitié, quand les conditions ne sont plus les mêmes ? » 5144.

Après un tel langage de Droupada à l’auguste fils de Bharadwâdja, reprit Vaîçampâyana, celui-ci réfléchit un moment, tout plongé dans la colère. 5145.

Quand l’intelligent anachorète eut arrêté sa résolution dans son âme à l’égard du roi Pântchâlain, il se rendit chez les Kourous septentrionaux dans la cité, qui tire son nom des éléphants. 5146.

Arrivé dans cette ville, le vertueux brahme, fils de Bharadwâdja, y demeura bien caché dans la maison du fils de Gautama. 5147.

Là, son auguste fils enseigna sous Kripa les armes aux jeunes princes, et tout le monde ignorait qui il était. L’anachorète à l’âme impénétrable habita ainsi là un certain temps. Les Koumâras un jour sortirent de compagnie hors d’Hastinapoura. 5148-5149.

Les jeunes héros se promenaient et jouaient avec un sceau [1] ; mais, au milieu de leurs jeux, le sceau tomba dans un puits. 5150.

  1. On ne trouve dans aucun dictionnaire, — et celui de MM. Bohtlingk et