Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/415

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
393
SABHA-PARVA.

fronts couronnés ! Les rois, qui oseront l’attaquer avec des chars, des armées, des richesses, se précipiteront à la mort comme les sauterelles dans le feu ! 748-749-750.

» Tel que la mer engloutit les rivières et les fleuves, dont les saisons pluvieuses ont grossi les eaux, tel il engloutira les plus brillantes fortunes de tous les rois. 751.

» Monarque à la grande force, il portera, comme il sied, les quatre castes, ce qui est dans la lumière et ce qui est dans l’ombre : ainsi la terre féconde porte également tous ses fruits. 752.

» Tous les rois des hommes marcheront soumis à la puissance de ses ordres, comme les créatures animées à la puissance du vent, qui est l’âme de tous les êtres. 763.

» Ce Magadhain, il verra de ses yeux dans tous les mondes Roudra en personne, Hara, le Grand-Dieu, celui qui donna la mort au Démon Tripoura. » 754.

» Quand il eut parlé de cette manière, l’anachorète, songeant à ses vœux, donna congé au roi Vrihadraha, la terreur des ennemis. 755.

» Rentré dans sa ville, environné de ses amis et de ses parents, le souverain du Magadha fit alors conférer le sacre à son fils Djarâsandha. 756.

» Ce moment lui fit goûter les joies d’une félicité suprême. Aussitôt qu’il eut sacré Djarâsandha, le roi, suivi de ses deux épouses, se retira dans la forêt de pénitence. Dans le temps que son père et ses mères vivaient au sein des bois, Djarâsandha, par sa vigueur, soumit les rois de la terre à sa puissance. » 767-758.

Vaîçampâyana dit, reprenant à Krishna le fil de sa narration :

« Après un certain laps de temps écoulé, le monarque.