Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/440

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
418
LE MAHA-BHARATA.

offrit ses adieux, puissant Bharatide, à Dharmarâdja, à Kountî, à Krishnâ-Draâupadt, 976.

À Soubhadrà, à Bhimaséna, à Phâlgouna, aux deux jumeaux ; il prit congé du vénérable Dhaâumya, et s’achemina vers sa ville. 977.

Il fit résonner toutes les plages du monde avec le char nompareil, céleste, d’une rapidité égale à celle de la pensée, qu’Youddhishthira lui avait donné en présent. 978.

Mais, avant son départ, ô le plus éminent des Bharatides, les fils de Pândou, marchant à la suite de leur frère aîné, avaient décrit le pradakshina autour du Vasoudévide aux exploits infatigables. 979.

Après que le fils de Dévakî, Krishna les eut quittés, les Pândouides, qui avaient remporté une victoire éclatante, rendu la sécurité aux rois et mérité, grâce à cet exploit, une immense renommée, portèrent à son comble, auguste Bharatide, la félicité de leur commune épouse Draâupadî. 980-981.

En ce temps, le monarque, suivant les règles du devoir, acquit, par la défense de ses sujets, une renommée convenable, fondée sur l’utile, l’amour et le devoir. 982.