Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/447

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
425
SABHA-PARVA.

Après qu’il eut dompté l’Himâlaya avec ses bois dans les batailles, le plus grand des hommes porta ses pas vers le mont Çwéta, où il pénétra. 1037.

Quand il eut franchi cette montagne, lieu, que les Kimpouroushas habitent et que défend le fils de Drouma, le héros vigoureux, 1038.

Le plus vaillant des Pândouides en triompha dans une grande bataille, exterminatrice des ennemis, et le rangea sous le tribut. 1039.

Cette victoire obtenue, l’intrépide Arjouna de marcher avec son armée vers un pays, nommé Hâtaka, sous la garde même des Gouhyakas. 1040.

Eux une fois vaincus, le noble Kourouide s’approcha du lac Mânasa au nord et vit toutes les saintes rivières des rishis, 1041.

Arrivé près du lac Mânasa, non éloigné de la nation Hàtakaine, l’auguste Pândouide soumit, par la guerre, cette contrée défendue par les Gandharvas. 1042.

Il reçut alors de la cité des Gandharvas, tel qu’un précieux tribut, des chevaux supérieurs, nommés Mandoukas et tachetés comme la perdrix. 1043.

De là, le fils d’Indra et de Pândou se porta sur le Harivarsha, au nord, et désira conquérir cette région. 1044.

Parvenu au pied de la capitale, les gardes des portes à la haute taille, à la grande force, au grand courage, lui jetèrent ces mots avec orgueil : 1045.

« Fils de Prithâ, tu ne pourras jamais prendre cette ville ! Qu’il te suffise d’y être venu, illustre Atchyouta !

« Celui, qui entrera dans cette ville, ne sera, certes ! pas un homme ! Nous t’admirons, mais que tes victoires jusqu’ici te suffisent ! 1046-1047.