Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 3.djvu/261

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
243
VANA-PARVA.

Bientôt j’immolerai dans un combat Douryodhana, et Karna, et Douççâsana, et le fils de Soubala, et tout autre, qui osera combattre avec moi. 1995.

» Toi, grâce à cet exploit, habitant avec tes frères dans Hâstinapoura, en possession de la fortune des enfants de Dhritarâshtra, donne tes lois à cette terre. » 1996.

» Alors, dans cette assemblée de héros, le roi de lui répondre, entendu par tous les héros, Dhrishtadyoumna à leur tête : 1997.

» J’accepte cette parole vraie de ta bouche, Djanârdana ; tu immoleras mes ennemis avec leurs adhérents, guerrier aux longs bras, 1998.

» Mais après la quatorzième année ! Donne de la vérité à mes paroles, Kéçava ; car j’ai promis au milieu des rois cette habitation dans les bois. » 1999.

» Les membres de l’assemblée, Dhrishtadyoumna à leur tête, accèdent à ces paroles de Dharmarâdja ; ils s’empressent d’apaiser la colère de Kéçava par un langage doux, convenable aux circonstances, et disent à la Pântchâlaine consolée aux oreilles du Yasoudévide : 2000-2001.

« Douryodbana, reine, aba^idonnera la vie sous ta colère ; nous te le promettons dans la vérité : cesse de t’affliger, noble dame. 2002.

» Les loups et les oiseaux riront, en dévorant les chairs de ces hommes, qui ont ri alors qu’ils te virent perdue au jeu. 2003.

» Les vautours et les chacals boiront le sang et traîneront les membres supérieurs de ces gens, par qui tu fus traînée toi-même sur la face de la terre. 2004.

» Tu verras, Pântchâlaine, plus d’une fois, les mem-