Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 4.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE COMBAT AVEC LES NIVATAKAYATCHAS.

Vaîçampâyana dit :

Un jour, pendant qu’ils pensaient à leur frère, savourant la société de Hari, ces héros virent Arjouna, monté sur le char d’Indra, suivi de la vitesse et semblable à l’éclair.

Enflammant l’air, qu’il faisait resplendir avec sa rapidité et conduit par Mâtali, il brillait comme un grand météore, comme une flamme placée au milieu des nuages, comme la clarté du feu sans fumée. 11,903-11,904.

À peine était-il arrivé sur cette montagne, qu’ils tombèrent sous les yeux de Kirîti, paré d’une guirlande et qui portait des ornements d’or. Dhanandjaya, qui avait la puissance du Dieu aimé de la foudre et qui enflammait tout de sa beauté, descendit sur la montagne. 11,905.

Parvenu là, ce sage, qui avait pour aigrette un bouquet, abandonna le char de Mahéndra, se prosterna devant les pieds de Dhaâumya, et, incontinent après, devant ceux