Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 4.djvu/540

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA DELIVRANCE DE DJAYATRATHA.

À la vue de ces deux frères, les armes levées, Djayatratha fuyait à toute vitesse, troublé, dans la plus vive douleur et désirant sauver sa vie. 15,777.

Le vigoureux Bhîmaséna sauta à bas de son char, il courut sur le fuyard, et, dans l’impatience de la colère, il le saisit par ses cheveux épais. 15,778.

Bhîma, l’ayant soulevé, le broya sur le sol de la terre, et, lui prenant la tête, il frappa ce monarque. 15,779.

Le vaincu voulait sauver sa vie et s’efforçait de se lever ; mais le héros aux longs bras frappa de son pied sur la tête du roi gémissant. 15,780.

Bhîma lui mit un genou sur les cuisses, il foula du coude sa poitrine ; et le roi, accablé par le poids du plus grand des héros, tomba dans l’évanouissement. 15,781.

Le Kourouide Phalgouna d’arrêter la colère de Bhîma et de lui rappeler ce que le monarque avait dit au sujet de Douççâla. 15,782.