Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 4.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MORT DE DJATÂSOURA.

Vaîçampâyana dit :

Les Rakshasas et le fils de Bhîmaséna partis, un jour que Bhîmaséna avait quitté les Pândouides, qui habitaient là en pleine sécurité avec les brahmes sur le roi des monts dans le désir de l’arrivée d’Arjouna, un Rakshasa enleva lui-même Dharmarâdja, les deux jumeaux et Krishnâ : « C’est un brahme habile dans les conseils ; il est sans égal ; il connaît tous les Castras ! » pensait-on ; et, sur ce dire, il faisait la cour assidûment aux fils de Pândou, désirant leur enlever, et les carquois, et les arcs. 11,451-11,452-11,453-11,454.

Épiant une occasion pour le rapt de Draâupadî, ce scélérat aux pensées criminelles avait nom Djatâsoura.

Le fils de Pândou, Indra des rois, lui donnait la nourriture, et ne reconnut pas ce méchant, comme on ne reconnaît pas le feu, caché sous la cendre. 11,455-11,456.