Page:Faure - Encyclopédie anarchiste, tome 4.1.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
POP
2102


IV. — Natalité, Mortalité,
Augmentation de la population, Nuptialité
Taux annuel par 1.000 habitants
Faure - Encyclopedie anarchiste page 2102 tableau 4.jpg


V. — Mortalité infantile
Décès au-dessous d’un an pour 1.000 naissances
Faure - Encyclopedie anarchiste page 2102 tableau 5.jpg


VI. — Migrations en milliers
Faure - Encyclopedie anarchiste page 2102 tableau 6.jpg


Le tableau V marque une baisse générale de la mortalité infantile (sauf en Roumanie, en Hongrie, Lettonie, Lithuanie, Japon). Pour un pays peu chargé de naissances, la France garde une mortalité infantile relativement élevée. Sans doute l’éducation y est-elle moins développée en ce qui concerne la puériculture, l’hygiène de la première enfance.

Le tableau VI indique que d’une façon générale les pays à forte natalité ont une forte émigration et les pays à basse natalité une faible émigration et une forte immigration. Il faut noter que des mesures draconiennes sont prises par certains pays, comme l’Amérique, pour limiter l’immigration.

Ces tableaux pourraient être utilement complétés par d’autres sur la vie moyenne dans chaque pays. Sans doute seront-ils donnés au mot vie de ce dictionnaire.

A la question de population se rattache celle des subsistances. Y a-t-il assez de subsistances pour tous ? La presque unanimité des militants révolutionnaires répond affirmativement avec la plus grande assurance. Je ne suis point de cet avis. Je pense, au contraire, que les progrès agricoles, les progrès industriels, ceux des transports, etc., n’ont pas apporté à une humanité, sans cesse croissante, le bien être qu’elle attendait d’un développement prodigieux de la technique et j’avance que, dans l’hypothèse d’un partage équitable, la part individuelle serait insuffisante. Mais cette question, comme la précédente, sera sans doute traitée au mot subsistances. — Gabriel Hardy.