Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



OTTOKAR.

Je continue… On a mis tout ce que je vous ai dit, sur ce que je vous ai dit, et alors il vient un homme !…


SOLIMAN.

Le gendre !


OTTOKAR.

Oui, le gendre, qui vous prend votre fille… la chair de votre chair… le sang de votre sang… Ah ! tenez, sire ! je regrette que vous n’ayez pas eu de fille… vous me comprendriez !


SOLIMAN.

Eh ! bien, je te comprends, Ottokar ! Je t’ai compris ! Je respecte ta douleur !


OTTOKAR.

Très-bien !


SOLIMAN.

Mais attends donc !… on a rencontré, sur son chemin, une jeune fille qui réalise le type rêvé… on a mis tout son cœur sur cette jeune tête blonde ! tout son espoir… toute sa tendresse !…


FATIME.

Doucement, vous aussi !


SOLIMAN.

Puisque je suis ton mari !… Je continue : on a mis tout ce que nous avons dit, n’est-ce pas, sur ce que nous avons dit, et alors il vient un homme…


OTTOKAR.

Le beau-père !


SOLIMAN.

Oui, le beau-père… qui vous refuse votre femme… et qui vous pleurniche dans le sein, sous prétexte de jalousie paternelle !…


OTTOKAR.

Pleure… pas pleurniche !