Page:Fertiault - La Nuit du génie, 1835.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


PRESCRIPT.


La publicité, qui éveille la critique, fait naître aussi les conseils de l’amitié, et c’est uniquement pour en demander que je publie cet opuscule. Que les personnes qui ont été assez généreuses pour s’intéresser à moi jusqu’à présent, veuillent bien encore me témoigner leur bienveillance en accueillant ce faible essai que je leur dédie. Il est moins odieux de trouver des vers sans beauté que des cœurs sans reconnaissance ; et si ces quelques lignes ont pu leur exprimer la mienne, je n’ai plus qu’à me féliciter de la pièce qui m’a fourni l’occasion de les écrire.

F. F.