Page:Fertiault - Les Amoureux du livre, 1877.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reux de témoigner ainsi du haut intérêt, que, même loin de la patrie, vous portiez aux Lettres françaises. Aujourd’hui les temps sont changés, l’impulsion est donnée, un public d’élite accueille avec une faveur marquée les produits de la typographie française qui, par leur exécution soignée, lui paraissent dignes d’attention. Permettez-donc que ce livre vous soit dédié, non comme on dédiait jadis aux grands et aux puissants du jour pour obtenir d’eux des faveurs et des récompenses, mais qu’il vous soit offert à titre de reconnaissance envers le Prince des Bibliophiles, qui a été l’un des premiers promoteurs du goût des beaux livres en France et na cessé de les encourager.

Aux premiers temps de l’Imprimerie, dans les dédicaces qu’on adressait soit à un ami, soit à un Mécène — et il rien manquait pas alors, — il était d’usage d’initier le public à l’histoire du livre, à ses diverses phases et péripéties.

« Les Amoureux du Livre, » amoureux de la forme antique, sollicitent de vous la faveur de rétablir quelque peu cette ancienne coutume littéraire.

Ce n’est pas d’un seul jet que ce livre a été conçu et produit. L’auteur, bibliophile et poëte, pendant des années, à ses heures perdues, s’exerçait à condenser en des Sonnets d’une contexture difficile, les divers caractères de la passion des livres qu’il observait tout