Page:Feydeau - Tailleur pour dames.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Madame Aigreville

Oui, il a le front…


Moulineaux, brutal.

Je ne vous parle pas, à vous !…


Yvonne

D’abord, je vous prie de parler plus poliment à ma mère.


Moulineaux

Ce sera bien pour vous, par exemple !… Eh bien ?


Yvonne

Comment, je vous surprends dans un magasin de couture en tête à tête avec une femme, l’étreignant contre votre poitrine.


Moulineaux, vivement.

Pardon, elle n’était pas à moi !


Yvonne

Qui ?


Moulineaux

La femme ! On venait de me la passer.

Il accompagne sa phrase d’une mimique explicative.


Yvonne

Vraiment, et c’est pour cela que vous la serriez dans vos bras ?


Moulineaux

Moi ? oh ! non, si tu avais regardé… je ne serrais pas !


Yvonne

Je vous dis que vous la serriez dans vos bras et elle s’y trouvait mal !…


Moulineaux, saisissant la balle au bond.

Ah ! tu vois bien !… elle s’y trouvait mal !… Voilà qui te prouve suffisamment…