Page:Feydeau - Tailleur pour dames.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Étienne

Oh ! respirez !… pourvu que vous restiez le nez et la bouche dans l’eau ! Voilà tout ; et ça guérit… radicalement.


Aubin

Eh bien ! j’aime mieux autre chose ! Tenez, regardez ma langue Qu’en pensez-vous ?

Il s’assied à gauche (n° 2.)'


Étienne, s’asseyant à côté de lui (n° 1.).

Peuh ! la mienne est plus longue.

Il tire la langue.


Aubin

Hein !


Étienne

Et puis la vôtre est ronde et la mienne est pointue.

Il tire de nouveau la langue.


Aubin

Ah ! çà, docteur !…


Étienne

Je ne suis pas le docteur.


Aubin, se levant.

Pas docteur !


Étienne, se levant également.

Mais c’est tout comme !… je suis son domestique.


Aubin

Un domestique !… et vous conversez avec moi ?…


Étienne

Oh ! je ne suis pas fier !… et puis je n’ai rien à faire.


Aubin, à part.

Mais alors, à qui ai-je donné mon paletot ?

Il remonte vers le fond.