Page:Feydeau - Tailleur pour dames.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Moulineaux

Toi ?


Rosa

Oui. J’ai épousé un serin.


Moulineaux

Tu n’avais pas besoin de le dire.


Rosa

Aussi, une fois ma position régularisée, — après deux jours de lune de miel, — je l’ai planté là… pour un général.


Moulineaux

Fichtre ! un général ?… c’est rare, un général ! Où l’as-tu trouvé ?


Rosa

Au jardin des Tuileries, pendant que mon mari était allé allumer une cigarette chez un marchand de tabac.


Moulineaux, qui a redressé la tête sur ces derniers mots.

On m’a déjà raconté une histoire comme celle-là !… Seulement c’était un cigare. (On entend un bruit de vaisselle cassée.) Sapristi ! et Suzanne que j’oubliais. Elle s’impatiente sur le dos du mobilier.


Rosa

Qu’est-ce qui a fait ce bruit ?


Moulineaux, avec aplomb.

Rien.


Rosa

Tu as un animal chez toi ?


Moulineaux, vivement.

Oui, une… une autruche… qu’on vient de m’envoyer d’Afrique… à cause des plumes.


Rosa, se levant.

Oh ! fais-la voir !


Moulineaux

Oh ! impossible !… elle n’aime pas le monde, cette