Page:Feydeau - Un fil à la patte, 1903.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Nini, allant à elle.

Comment ! tu as de Fontanet à déjeuner ? (Riant.) Oh ! je te plains !


Lucette.

Pourquoi ?


Nini, riant, mais bonne enfant, sans méchanceté.

Oh ! il sent si mauvais !


Lucette, riant aussi.

Ça, c’est vrai, il ne sent pas bien bon, mais c’est un si brave garçon !… En voilà un qui ne ferait pas de mal à une mouche !


De Chenneviette, à droite, riant aussi.

Oui !… ça encore, ça dépend de la distance à laquelle il lui parle.


Nini, riant.

Oui.


Lucette, passant au deux pour aller au-devant de Fontanet.

Que vous êtes mauvais !

(Pendant ce qui précède, par la porte du vestibule, laissée ouverte, on a vu Fontanet occupé à enlever son paletot, aidé par Firmin.)

De Fontanet[1], entrant.

Ah ! ma chère divette, combien je suis aise de vous baiser la main !…


Lucette, indiquant Nini.

Justement, Nini nous parlait de vous.


De Fontanet, s’inclinant, flatté.

Ah ! c’est bien aimable ! (À Lucette.) Vous voyez, c’est

  1. M. 1. — N. 2. — L. 3. — F. 4. — C. 5.