Page:Fiel - Autour d'un candidat, 1929.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
61
AUTOUR D’UN CANDIDAT

— Blackboulé !… rugit Mme de Fèvres, comme si elle lançait une balle de revolver à travers la masse des électeurs.

Marcel Gémy seul ne disait rien. Un peu pâle cependant, il regrettait mentalement tous les efforts faits en pure perte.

— Vous avez des voix, reprit M. de Fèvres en s’adressant à lui, mais il vous en manque… D’ailleurs, vous ne pouviez pas lutter, car c’est notre député qui, se trouvant mieux, s’est remis subitement dans les rangs…

— Ah ! j’aime mieux cela !… s’exclama Marcel.

— En voilà une surprise !… s’exclama Mme de Fèvres, un peu vexée de son manque de perspicacité… Je ne me doutais pas de ce revirement…

— Peut-être a-t-il cru bon de sauver la cause, pose un peu brusquement M. Lavaut, son remplaçant lui semblait peut-être inexpérimenté…

— Il est certain, convint sagement Marcel, que je n’ai pas eu assez de temps pour m’assurer un franc succès…

— Vous avez toujours servi à conserver des voix à notre député malade… Il vous doit son élection… dit triomphalement Mme de Fèvres.

Marcel rit gaiement :

— Je constate que vous prenez votre défaite avec le sourire et c’est parfait… Nous allons nous montrer aux populations afin de leur faire constater votre belle attitude…

Cette scène rapide avait empêché Mmes Lavaut et Lydin d’exprimer leurs pensées.

Quand le député manqué fut hors de la