Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Elle avait appris par Mme Fodeur que Bertranne et son mari séjournaient en Suède, et elle ne risquait donc pas de les rencontrer à la campagne.

Elle s’était étonnée d’apprendre ce lieu inattendu de l’itinéraire, alors qu’elle les croyait en Italie pour quelque temps.

Elle s’installa donc chez elle, respirant avec délices les senteurs de ses sapins retrouvés.

Elle revit son jardin tendu de rideaux de roses. C’était des roses remontantes aux pétales délicats. Les géraniums éclatants ne heurtèrent pas sa vue dans la violence du chaud soleil. Ils accompagnaient harmonieusement la grande chaleur. Le