Page:Fiel - Le fils du banquier, 1931.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Tu vois !… la misère durcit les cœurs… on est dur pour soi, on l’est pour les autres… Depuis que j’ai causé avec Manaut, une masse d’idées me viennent. Je crois qu’on peut être doux, mais il faut que chacun y mette du sien… Parler trop vite sans chercher à être aimable devient vite de la brutalité… Dans quelques jours, tu pourras dire à Plit que j’accepte sa demande en principe, mais, avant de m’engager définitivement, je veux lui parler franchement pour le bien de notre avenir…

— Comme tu es avisée, ma fille, et prudente… Avec ta maman, on n’a pas parlé….

— Les temps ont changé, papa…

Trois jours après cet entretien, Bodrot fut chargé d’annoncer à Plit le bonheur qui lui survenait. Il lui avait fait signe de s’en aller le dernier, et le jeune ouvrier, tout angoissé, ne savait plus trop ce qu’il faisait. Il entendait ses camarades comme en un rêve et bien souvent sa lime attrapait ses doigts sans qu’il s’en aperçût.

Enfin, l’heure attendue arriva, et quand, un à un, les ouvriers eurent quitté l’atelier, Plit, pâle, se rapprocha de Bodrot.

— Mon garçon, débuta le patron qui s’amusait un peu à le faire languir, Mathilde a réfléchi…

Plit tressaillit. Les mots qui résonnaient à ses oreilles lui semblèrent de fâcheux augure. Du moment qu’on réfléchit, c’est qu’une affaire a été examinée… Les paroles qui allaient lui parvenir seraient des politesses, des faux-fuyants… Il s’écria, tremblant et maladroit :

— J’aimerais mieux savoir tout de suite si c’est oui ou non ?

— Plit, mon garçon, vous parlez trop vite… Il ne faut pas être brutal, on s’en mord les doigts, posa paisiblement Bodrot qui profita des « idées nouvelles » que Mathilde avait découvertes.

Plit le regarda, effaré. Lui non plus ne soupçonnait pas qu’il pût y avoir une politesse des mots qui adoucissent les rapports. S’il en subissait quelque peu l’influence obscure venant de Manaut, il n’en était pas encore conscient. Il se tut et baissa la tête en murmurant « pardon », et il ajouta :

— Je suis tellement anxieux…

— Rassurez-vous, Plit… Vous plaisez à Mathilde et elle m’a chargé de vous dire qu’elle acceptait votre…

Un cri de joie sortit de la poitrine de l’ouvrier. Il tendit la main à son patron et clama :

— Merci, patron !…

— Attendez, Plit… Mathilde est une fille exceptionnelle… elle accepte votre demande, mais elle veut causer avec vous avant une entente définitive… C’est une personne qui ne veut rien laisser à l’aventure.