Page:Fiel - Prudence Rocaleux, 1945.pdf/199

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
201
prudence rocaleux

— Elle est revenue un peu glorieuse… J’ai l’air preque « pipi de chat » à côté de ses façons, mais je lui ferai baisser pavillon… J’ suis pas sa bonne, après tout ! Je lui ai rendu service… C’est grâce à moi qu’elle a pu se payer de l’air pur et des œufs à la coque tout frais pondus… J’aime pas les grandes manières… faudra qu’elle soit moins fière… J’ suis sûre que j’ai plus d’économies qu’elle, et c’est à moi d’être la plus triomphante. Quand je mettrai mon petit magot en viager, j’ pourrai presque vivre de mes rentes…

Prudence revint, ce qui interrompit le monologue murmuré d’Eudoxie.

— Tiens ! vous êtes comme moi ! Vous parlez tout haut… ça aide à réussir les sauces…

Une demi-heure après le retour de Prudence dans la cuisine, Mme Dilaret rentra.

Eudoxie dit aussitôt :

— Puisque vous êtes là… j’ vas chercher du tapioca… je n’en aurai pas assez…

— Bon… allez…

Dès qu’Eudoxie eut fermé la porte, Prudence bondit auprès de sa maîtresse…

— Ah ! bonjour, Madame ; revoilà vot’ cuisinière !

— Très bien, Prudence… Eh bien ! expliquez-moi votre extraordinaire retour…

— C’est simple et extraordinaire, oui, Madame… Simple parce que j’aurais dû m’en douter tout de suite, et extraordinaire, parce que cela n’est venu à l’esprit de personne….

— Allez droit au but, Prudence, parce que je ne comprends rien à vos énigmes…

— Que Madame ne saute pas en l’air ! J’ai trouvé l’assassin du vieux monsieur….

— Encore ! méfiez-vous, Prudence… Vous avez déjà accusé bien des personnes…

— À tort, oui, Madame… mais cette fois, je