Page:Fierens-Gevaert, La renaissance septentrionale - 1905.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


122 tableau cesse d’intéresser si l'on considère les figures, et M. Kaemmerer a fort bien remarqué l’absence d'individualité des deux saintes, la rigidité ligneuse du froc d’Herman Steenken, l'attitude artificielle du Christ et la rondeur puérile du visage de la Vierge. Souhaitons que la figure artistique de Hubert sorte des ombres, des contradictions, des hypothèses qui la voilent. Toutefois on peut assurer dès à présent que l’on ne réussira pas à faire de l'aîné un maître de la taille du cadet.