Page:Filiatreault - Contes, anecdotes et récits canadiens dans le langage du terroir, 1910.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE COQ À LA MÈRE SUPÉRIEURE



UN jour le curé de St-E… rendait visite à la Mère Supérieure du couvent. Il la trouva dans un état impossible à décrire, tant étaient navrants sa détresse et son ennui.

Le curé, bon enfant, lui demanda la cause de cet ennui.

— Ah ! Monsieur le curé, un grand malheur nous est arrivé. Imaginez-vous que nous avions mis douze couvées d’œufs avec un treizième sous autant de poules, et nous n’avons pas eu un seul poulet.

— Ma révérende sœur, il faut bien se résigner. À quelle cause attribuez-vous cette affliction ?

— Je n’en sais absolument rien, Monsieur le curé. Les œufs ont été pondus par nos poules, ici même. Je ne comprends pas du tout, et je cherche à me rendre compte.

— Ma bonne sœur, c’est probablement la faute du coq ?

— Mais non, mais non, Monsieur le curé. C’est impossible. Nous n’avons pas de coq !