Page:Filiatreault - Contes, anecdotes et récits canadiens dans le langage du terroir, 1910.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tout un répertoire d’accusations aussi idiotes qu’injustes, il termina ainsi :

« Voyez, Messieurs les électeurs, ce document que je tiens ici dans ma main, et que j’étalerai devant vous lorsque je vous aurai expliqué la nature de ce papier. On a accusé M. Gladu d’être franc-maçon. Il l’a nié, c’est vrai, mais il n’a pas prouvé cette négation qui n’est pas justifiée par les faits. M. Gladu s’est imaginé qu’il était impossible de trouver des preuves de son affiliation à cette société si fortement défendue par notre Sainte Mère l’Église. Dieu merci, Messieurs, je suis catholique et catholique fervent, je n’ai pas honte de l’affirmer, et c’est pour cette raison que j’ai fouillé à la bonne source pour découvrir tout ce qu’il fallait pour confondre votre représentant qui a l’audace de venir de nouveau devant vous sans rougir de honte avec un pedigree comme le sien. M. Gladu est non-seulement maçon, mais en outre, il est orangiste.

« Ce document que je détiens est son certificat d’admission dans la grande loge d’Ontario. Je vous ai promis de vous le montrer, eh bien ! je tiens ma parole. Je déroule devant vous ce papier infâme. Voyez-vous en tête le No d’ordre et le montant qu’il a payé pour être admis. Regardez au centre tout en haut. C’est le portrait de la bâtisse où s’abritent ces mécréants pour découvrir des moyens de vous détruire, vous, les Catholiques de la Province de Québec. Ici, c’est grave. Examinez dans le coin gauche ce grand sceau en rouge. Eh bien ! ce sceau a été imprimé avec le sang des Catholiques. Votez pour lui maintenant, si vous l’osez ! »