Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/441

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ÉE GUSTAVE FLAUBERT. peu Delavigne de tournure, mais il faudrait tout changer; garde-le. ` _ Ce sont de blancbes tbéories, etc., très bon, très bon. ' N'es-tu pas le fils de la Grece encbanteresse — atroce. ` Variante 2 N’es-tu pas le fils de la Grèce Un des plus grands , un des plus beaux ? Sous ton ciseau qui la caresse, Chaque nymphe, chaque deesse Sort radieuse des tom eaux. ` “ La strophe qui suit a dabord son premier vers · mauvais : les blondes ombres est bien dur et puis qu’est-ce que les ombres d'H0mère qui sont filles e Phidias et revivent vierges en pabutant sous ta paupière? Elle est Fort difficile à changer. . Voici donc deux variantes dont je ne suis guère Fou, mais qui valent peut—être.un peu mieux : - ' Lorsque la Forme juvénile (hum! hum! Gest juvénile) . S’élançait du bloc, dans tes bras, ` - Le marbre, a ton fgeste docile, Cro ait revoir le ront tranquille V De lraxitèle ou Phidias. . 0u rnieux Peubétre t _ Quand la Forme blanche et pudique S’élança.it du bloc, dans tes bras, Le marbre ému, rêvant l’attique, _ Cro ait sentir Fetreinte antique De lraxitèle ou Phidias. . l Z8·