Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 2.djvu/443

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


II

1re Excellente. 2" Les deux premiers vers charmants.

: : ... empires tombés,

tu as, tout à la fin,

: :_  la poudre des empires.
: :Ainsi que de fraîches Hébés

est bien mauvais ; une fraiche Hébé, archi-commun ; plus bas, d'ailleurs, frais paysage. Dans la fin de la strophe suivante il y a du vague : onde, quiétude, sérénité, cela patauge.

: :Puis ils diront ta mort si douce, si rapide

si douce et si rapide plus harmonieux.

: :Qu’elle a glacé…

très beau, et la fin est bonne aussi, si ce n’est peut—être

: :… riante apothéose, etc.

La dernière image charmante.

Sur ce, très humiliés de n’avoir pu en trois heures rien trouver de mieux, nous allons nous coucher.

Adieu, pauvre chère amie, je t’embrasse avec mille tendresses profondes.

A toi. Ton G.