Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


22 CORRESPONDANCE 7zo. AU MÉME. [Croissct, début de juin 1862.] MoN cum Vieux, Tout ce que je te peux répondre, c’est que je ne te réponds pas. .l'ai la tête pleine de ratures, je suis harassé, excédé, «l1al1l1uri» par Salammbô; le dégoût de la ublication s'a`oute aux nausées de l’œuvre; bref`, là nom seul de mon roman m’emm... jusqu'au Fond de l’âme. Donc, attendez jusqu’au milieu ou à la fin de la semaine prochaine, je me déciderai; d’ici là, on peut voir d’autres éditeurs. N. B. — ll y aurait encore a demander a Lévy combien il ojie du manuscrit sans le lire. ll n’en oHÈ`rira pas davantage (peut-être même en ofl`rira—t-il moins) quand il l'aura lu. Et puis, l’idée de la balle de Lévy foutant ses pattes sur mes pages me révolte plus que ne pourra faire n’importe quelle critique. On se paye de deux manières : ou par orgueil ou par argent; il faut choisir. Mes prétentions pécuniaires sont exorbi- tantes? Rabattons-en, et restons fier! Je serais tout seul, c’est-à-dire sans toi, sans ' mère et sans Monseigneur, avec quelles délices je rengainerais la chose dans un carton, sans y plus songer! Enfin!