Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


vier, avoir terminé la seconde partie de son roman. Comme il m'embête ! Comme il m’embête ! Apres celui-la, bonsoir ! Je dirai adieu aux bourgeois pour le reste de mes jours.

J’oubliais de vous remercier de votre dernière lettre qui était ravissante. Le mot est bien usé, n’importe ! Ici, je le maintiens bon. Pourquoi est-on si attaché à vous ?

Une de vos prédilections m’est revenue à la pensée, dernièrement, en lisant, dans le dernier volume de Michelet, son jugement sur Rousseau. Ce jugement—la (qui est le mien et que, (par conséquent, j'admire) a dû vous choquer. Car vous aimez ce vieux drôle, autrement vous ne seriez pas femme. A toutes les objections que l’on fait contre lui, on vous répond qu’il avait « tant de cœur! » Moi aussi, j’en ai, mais je n’ai pas précisément toutes ses habitudes, ni sa descente [1].. ni son style, hélas !

Nous ne nous sommes pas vus depuis que votre ami Feuillet a publié Camors. Je trouve cela très remarquable. Jamais il n’a si bien fait.

Et votre époux ? « a-t-il quelque chose sur le chantier » ?

Je voudrais bien produire une œuvre qui vous enchantât, car vous étes une des personnes dont j'estime le plus le goût —- malgré votre voisinage de l’Académie.

Envoyez-moi quelquefois de votre écriture.

Je vous baise les deux mains aussi longtemps que vous le permettrez.

  1. Hernie.