Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/417

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE GUSTAVE FLAUBERT. 41 i Dupont, qui est resté trois heures; puis, à dîner, M'" de Maupassant. La voiture de sa « fameuse fille» va la rem- mener a Rouen dîner cbez M"’° Lebrct. Quelle partie de plaisir! Le seul événement de mon existence a été, mardi, l’apparition du sieur Raoul Duval, qui s’est pris pour moi de passion ( ou de curiosité?), et puis fai un rhume inimaginablel Je tousse et ye mouche, dans le silence du cabinet, d’une façon incessante. Mon pauvre nez va' rester au fond d'un de mes mouchoirs, et ïai peur de lancer mes poumons sur les cendres. Amuse-toi bien dans la nouvelle Athenes. Ton vieux Ganacbard. 997. À GEORGE SAND. [Croisset] Samedi soir [17 octobre 18681 Cest un remords pour moi ue de n’avoir pas répondu longuement a votre dlerniére lettre, ma chere maître. Vous m’y parliez « des miseres» que l'on vous faisait. Croyez-vous que je l’ignorais? Je vous avouerai même (entre nous) qu’à votre occasion fai été blessé, plus encore dans mon bon goût que dans mon affection pour vous. Je n’ai pas trouvé plusieurs de vos intimes suffisamment chauds. «Mon Dieu! mon Dieu! comme les bom- mes de lettres sont bétes!» Fragment de la cor- respondance de Napoléon l". Quel joli fragment, hein? Ne vous semble-t-il pas qu’on le débine trop, celui—la?