Page:Flaubert Édition Conard Correspondance 5.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


56 CORRESPONDANCE Etes·vous bien sûr, d’abord - dans votre juge- ment général, -— de 11'avoir pas obéi un peu trop . ai votre impression nerveuse? lfobjet de mon livre, tout ce monde barbare, oriental, molochiste, vous déplaît en soi I Vous commencez par douter de la réalité de ma reproduction, puis vous me dites : «Apres tout, elle peut être vraie »; et comme conclusion : « Tant pis si elle est vraiel » A chaque minute vous vous étonnez ; et vous m'en voulez d'être étonné. J e n'_y peux rien, cependantl Fallait-il embellir, atténuer, franciser! Mais vous me reprocl1ez vous-même d'avoir fait un poeme, d'avoir été classique dans le mauvais sens u mot, et vous me battez avec les MGTWTS! Cr le systeme de Chateaubriand me semble diamétralement opposé au mien. ll partait d' un point de vue tout idéal; il rêvait des martyrs typiques. Moi, i’ai voulu fixer un mirage en appli- quant ai l’antiquité les procédés du roman mo- erne, et j’ai tâché d'être simple. Riez tant quil vous plaira! Gui, je dis simple, et non pas so re. Rien de plus compliqué qu’un Barbare. Mais j’arrive ai vos articles, et je me défends, je vous combats pied a pied. Des le début, je vous arrête ai propos du Périple d'l·lannon, admiré par Montesquieu, et que je n'admire point. A qui peut-on faire croire aujour- d'i1ui que ce soit la un document original? Cest évidemment traduit, raccourci, échenillé et arrangé par un Grec. Jamais un Criental, quel qu’il soit, n’a écrit de ce style. .l'en pren s à témoin l’inscri tion d’Escbmounazar, si empha- tique et redondante! Des gens qui se font appeler fils de Dieu, œil de Dieu (voyez les inscriptions