Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


baissées. Raccourci du profil de sa main appuyée sur l’épaule et vue du spectateur, de face, par le bout des doigts.

Les cheveux du Bambino sont rares et plats, laissant ses tempes plus à découvert, ce qui ajoute encore à l’expression profondément pensive de la physionomie, et en fait, avec le regard, quelque chose de profondément mûr sous ses traits jeunes. Sur le bas de son ventre, entre le pubis et le nombril, une petite bande de mousseline. Son pied droit (le genou est fléchi en dedans) est appuyé sur le pied de sa mère.

Pour fond, des arbres grêles à la Pérugin, des terrains verdâtres, un pont, un bois, des montagnes. La Vierge est en robe rouge et en manteau vert.

RAPHAËL. Saint Jean dans le désert. —Tout nu, assis de face, montrant la croix (3e manière).

Raphaël a peut-être atteint l’apogée de sa force dans sa seconde manière, c’est là qu’il est tout à fait lui et me paraît avoir l’individualité la plus tranchée ; pour les tableaux de chevalet du moins, cela me paraît incontestable.

Cette toile est d’un effet désagréable ; la musculature du bras droit est très étudiée ; le talon du pied droit est appuyé sur une pierre, le bout du pied levé. Une peau de léopard sur le bras gauche, le flanc et la cuisse droite. Recherche d’animation dans la figure, teinte d’un blanc brillant et mort tout à la fois : c’est d’une école française fort ennuyeuse, les peintres de l’Empire devaient regarder ce tableau comme le prototype de la peinture.

MICHEL-ANGE. Sainte Famille. — A l’air de loin d’