Page:Flaubert - Salammbô.djvu/250

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ongles ; elle s’arrachait les cheveux, et à pleine poitrine poussait des hurlements aigus.

L’idée lui vint que l’on pouvait les entendre ; alors elle se tut.

Elle sanglotait tout bas, la tête dans ses mains et la figure sur les dalles.