Page:Flaubert - Théâtre éd. Conard.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE CANDIDAT. 19 MUREL. Pardon, maltre Dodart. (A Rousselin.) lmaginez un prétexte. . . (A Marchais.) Dites que M. Rousselin se trouve indisposé, et qu’il donnera sa réponsc... tant6t. Vive- ment! Marchais sort. ROUSSELIN. Voila qui est trop f`ort, pargexemplel MUREL. Eh! on n’accepte pas une candidature, comme cela, a l’improviste! ROUSSELIN. Depuis trois ans je ne f`ais que d’y penser! MUREL. ( Mais vous allez commettre une bévuel Demandez a M° Dodart, homme plein de sagesse, et qui connait la localité, s’il peut répondre de votre election. DODART. En répondre, non! J’y crois, cependantl Dans ces aH`aires—Ia, aprés tout, on n’est jamais st`1r de rien. D’autant plus que nous ne savons pas si nos adver- saires... GRUCHET. Et ils sont nomhreux, les adversaires! ROUSSELIN. lls sont nombreux? MUREL• lmmensément! (A Dodan.) Vous excuserez donc notre 2•