Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


86 LITTÉRATURE ORALE

troisième lecture, le prêtre, après avoir adressé une dernière et solennelle sommation à ses audi- teurs, jetait à terre le cierge qu'il tenait à la main et l'éteignait en marchant dessus. « Tout est consommé, disait-il, l'excommunication est encou- rue. Les auteurs du crime, les témoins qui ne se sont pas déclarés sont rejetés de l'Église. »

La terreur fut profonde à Gréville quand le prêtre fulmina cette excommunication, mais per- sonne ne bougea. Les meurtriers ne se trouvaient pas dans l'église ; il y avait pourtant dans l'audi- toire quelqu'un qui, sans avoir participé au crime, en avait été le témoin involontaire. Si on l'avait regardé, sa pâleur en ce moment aurait pu faire deviner la vérité, mais personne ne le regarda, et quand il sortit de l'église il était redevenu assez maître de lui-même pour ne pas attirer l'attention sur lui.

Cet individu était un valet de ferme appelé Gliauminot. Il couchait habituellement dans la grange, où il s'était fait un lit dans le blé. Une nuit, comme il dormait, — c'était la nuit de Noël, pendant la messe de minuit, au moment où les animaux s'agenouillent, dit-on, dans les étables, — il lui semble tout à coup que quelque chose