Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


266 LITTÉRATURE ORALE

Que nous n'ayons Germaine, Germaine à nos côtés.

La dame va trouver Germaine :

— Bonjour, belle Germaine, Il y a trois homra's chez nous Qui ne veulent ni boire,

Ni boire ni manger

A moins qu'ils n'aient Germaine,

Germaine à leurs côtés.

— Si vous n'étiez la mère, La mèr' de mon mari,

Je vous ferais traîner Par des lions sur le pont. Et vous ferais manger Par les plus gros poissons.

Dans la version de M. de PujTnaigre, il est question de deux chiens-lions prêts à étrangler la dame. M. Champfleurj- et M. Bujeaud donnent :

Je vous ferais passer à Lyon sur le pont

Pour vous faire manger par les petits poissons.