Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/294

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


270 LITTÉRATURE ORALE

Il se lèv' de sa place et s'en va l'embrasser,

— Te souviens-tu, la belle des bijoux de diamant Dont je te fis présent il y a plus de sept ans ?

De ces sept ans passés la belle se souvint.

— O bonne sainte Vierge, faites-moi donc mourir ! Je croyais être veuve et voilà mon mari!

Le second de ses hommes s'en fut pour l'embrasser,

— Retire-toi, vieux traître, retire-toi d'ici. Je^suis toujours la femme de mon premier mari.

III

LE RETOUR DU MARI

La chauson qui S'iit roule sur le même thème que la précé- dente; mais les circonstances sont autres. Je l'emprunte au même recueil.

Bonjour, chère Nonette, Me voici de retour Ne sois plus inquiète De nos tendres amours.