Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


274 LITTÉRATURE ORALE

Au bout de six ans tout cru. Son cher amant est revenu.

Au logis s'en va : Sa mie n'est pas là, Il était venu pour ça. Sa mère dit à l'instant : Ma fiUe, elle est aux champs, Êtes-vous son amant ?

Sans lui tenir autres discours. S'en va trouver ses tendres amours. L'a trouvé' sous l'ormeau , Gardant son troupeau, Tournant son fuseau : Bonjour, ma mie, mon cœur. Rends-moi ta faveur, Je suis ton serviteur,

— Ah ! Monsieur, mon fidèle amant S'est engagé il y a longtemps

Au service du roi.

Dans c' vilain endroit

Il n'pens' plus à moi. Mon cœur est tout à lui.

Monsieur, je vous prie.

Retirez-vous d'ici.