Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/392

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


368 LITTÉR.\TURE ORALE

En passant près d'une iaou (i), j'rencontris des bouëres (2) qui criaient : Cane! cane! cane! J'créiais qu'i disaient : Casse ta canne (3). Coume j'allais!

En passant près d'un cllos en herbe, j'entendis des faouqueux (4) qui criaient : Hé! l'émou- leux(5)! J'créiais qu'i disaient : Vlà l'voleux! Coume j'allais !

Je passis près d'une égllise où no chantait : Laudate Domimim. J'créiais qu'i disaient : J'tenons l'houme! Coume j'allais!

J'rencontris un p'tit tchiein (6) qui faisait : Gnaf! gnaf ! Sans mes gambes (7) il airait mordu men bâton! Coume j'allais (8)1...

(i) Eau, étang, rivière. — (2) Cane. — (3) Cruche. —

(4) Faucheurs. — (>) Rémouleur. — (é) Chien. — (7) Jambes. —

(5) Cette chanson se chante en psalmodie sur une seule njte, excepté les trois dernières syllabes.

jL

w