Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


44 LITTÉRATURE ORALE

soit qu'il ne fût pas fâché de garder la monture quelques jours encore, il négliga de renvoyer la bête. Saint Médard crut son cheval perdu, il y tenait pour toutes sortes de raisons... et le voilà qui se désole et qui pleure à la pensée qu'il ne le reverra plus. Cela dura jusqu'au jour Saint-Clair; ce jour-là il se rendit à la féîe, il rencontra saint Qair qui s'excusa de son mieux, emmena chez lui son confrère, qu'il régala et auquel il rendit sa monture. Mais cette petiie aventure a laissé un profond souvenir à saint Médard et si le jour de sa fête ce souvenir lui revient, il ne peut s'empêcher de pleurer et cela dure jusqu'à la Saint-Clair. C'est depuis lors qu'on a remarqué que, s'il pleut le jour de Saint-Médard, il continue à pleuvoir pendant quarante jours de suite. A l'époque de son affliction on faisait tout ce qu'on pouvait pour distraire le saint. Il se prêtait avec bienveillance à ces efforts, mais il ne riait pas de bon cœur. De là un autre proverbe : il rit comme saint Médard, du bout des dents.

Pour ce qu'il y a d'historique dans ces récits, on peut con- sulter : Vie du bienheureux Thomas Hélie de Biville, suivie d'un poème dit xiii= siècle, publié pour la première fois p.-ir M. de Pontau- mont. Cherbourg, 1868, iii-12; Mémoires de la Société Acadé-