Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


74 LITTÉRATURE ORALE

voulu commettre là? Les magiciens, je les com- prends, ce sont des savants qui font des prodiges parce qu'ils connaissent les secrets de la nature. Mais je ne comprends pas qu'on s'abaisse à être sorcier, car vous baisez le derrière du diable au sabbat ?

— Je n'en sais rien.

— Comment un homme de bon sens, un homme d'esprit comme toi peut-il faire de pareilles choses?

L'apprenti sorcier retrouva ses habits où il les avait laissés. Pierre Hâtain le ramena chez lui, et tous deux allèrent dormir. Ce qu'il y a de curieux, c'est que le lendemain l'apprenti sorcier prétendit avoir dormi toute la nuit et soutint qu'il ne se souvenait de rien.

IV

LE CHIEN

l 'ÉTAIT en hiver, le soir. Un certain nombre de voisins et de voisines étaient venus faire la veillée chez Jean des Domaines. Dans la vaste cheminée, un feu de