Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
17
DE LA BASSE-NORMANDIE

Cet accident du granit se rattache intimement à la légende que nous allons raconter.

Un serpent gigantesque, un véritable monstre, s’était établi autrefois dans cette caverne, dont il sortait de temps en temps pour faire une excursion sur la côte et s’emparer de tous les enfants qu’il trouvait sur son chemin ; il les emportait dans son antre pour les dévorer, et quand il les avait digérés, il se mettait en quête d’une nouvelle proie. Ces excursions se renouvelaient à peu près toutes les semaines ; la bête parcourait les hameaux et brisait au besoin les portes et les clôtures pour s’emparer d’une proie à sa fantaisie. Les habitants désespérés se décidèrent à faire sa part au monstre et chaque semaine on lui abandonnait un enfant désigné par le sort.

Tout le pays était dans la désolation. On s’était naturellement adressé à saint Georges, le destructeur de monstres, vénéré dans plusieurs paroisses du pays qui portent son nom, mais saint Georges était demeuré sourd.

Un matin, on venait d’amener un enfant au serpent, et l’on s’apprêtait à le lui abandonner, lorsque l’attention de tous fut attirée par un objet singulier. Sur la mer, qui était alors calme et unie,