Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BEULEMANS

Sûr… sûr, ça on n’est jamais… Monsieur Albert, tâchez une fois de savoir s’il n’y a pas du nouveau…


ALBERT

À l’instant !


BEULEMANS

Mais, surtout faites attention aux gaffes, ne vous mêlez de rien… car je vous connais.

(Albert sort.)

Scène IV

Les Mêmes, moins ALBERT



BEULEMANS

Vous comprenez, je ne veux pas avoir la farce de l’autre fois.


Mme BEULEMANS

Mais il est gentil, M. Albert, il s’est mis de la société rien que pour pouvoir voter pour vous.


BEULEMANS

Et c’est tout ce qu’il peut faire.


SUZANNE

Et c’est tant plus gentil de lui, que justement son père est arrivé de Paris avec le train de 6 heures et qu’il n’a pas été le chercher à la gare, rien que pour venir ici.