Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SUZANNE

Et Séraphin ne le sait pas ?


BEULEMANS

Tiens ! On ne dit pas ça à ses enfants.


Mme BEULEMANS

Et nous autres, on l’avait aussi tenu caché, puisque vous deviez le marier, n’est-ce pas ?


SUZANNE

Çà c’est une chose que je ne savais pas…


BEULEMANS

Oui ! Séraphin est un enfant reconnu ! Et ça se permet de présenter des candidatures !


SUZANNE

M. Meulemeester est candidat, qu’est-ce que ça fait ? On votera, n’est-ce pas ?


BEULEMANS

Mais je n’ai personne pour me pousser.


SUZANNE

Mais vous êtes sympathique et vous avez beaucoup de nos ouvriers dans la salle. N’est-ce pas, Monsieur Albert ? Ne vous laissez pas tomber, vous avez encore un quart d’heure, parlez les membres… payez des verres…